News #07 - Novembre 2022

« Orange Agri-Tech est dimensionnée pour répondre aux besoins de toutes les filières agricoles »

Orange Côte d'ivoire

Latifa DIACK, Directrice Adjointe Innovation & Solutions B2B Orange Côte d’Ivoire, explique la vision du Cluster Orange Côte d’Ivoire le développement de la filière agro-industrielle.

L’une des missions d’Orange Business Côte d’Ivoire est de mettre la technologie au service de l’agriculture. Concrètement, quels sont les principaux axes de l’accompagnement que le groupe Orange dédie aux acteurs du monde agricole ?

Globalement OCI ambitionne d’offrir des services innovants pour contribuer à l’amélioration de la performance des entreprises agro-industrielles, des conditions de vie des populations rurales et la modernisation du secteur agricole. Plus spécifiquement, nous nous appuyons sur 4 axes principaux :

  • Apporter des solutions qui répondent aux problématiques métiers rencontrées dans la chaine de valeur des filières agricoles et optimisent la productivité agricole.
  • Permettre une traçabilité des flux (matières, flux financiers et données) qui facilite la planification, le pilotage et les projections dans la performance d’une ou des filières, et anticiper les besoins des pays.
  • Contribuer à une inclusion financière et numérique forte des agriculteurs via les services financiers mobiles et la prise en compte du genre. Une approche spécifique sur l’autonomisation des femmes.
  • Faciliter la mise en relation des acteurs qui permet de garantir l’exploitation des cultures pour certains et l’accès à des stocks de qualité à l’échelle du pays ou l’écoulement des stocks, pour d’autres, etc.

Partant de votre expérience et des rencontres terrain que vous effectuez, parlez-nous de la spécificité des usages numériques par les agriculteurs ivoiriens en termes d’équipements, de connexion, d’applications, de réseautage, etc. ?

Le numérique dans le secteur agricole est encore à un stade embryonnaire. Cela pourrait s’expliquer par la particularité de ce secteur marquée par l’analphabétisme des acteurs, l’utilité du numérique est encore mal perçue particulièrement par les producteurs. Seuls quelques agro-industriels du type multinational se sont appropriés ce nouvel outil d’optimisation industrielle en développant des ERP propres à eux ou en intégrant de plus en plus le paiement mobile via Orange Money dans le règlement des approvisionnements en matières premières indispensables à la rentabilité de leurs unités industrielles respectives.

Toutefois, on note une appétence encore marginale de la part de producteurs individuels (type agents de maîtrise / cadres d’entreprise), de certaines coopératives mieux organisées et structurées ou encore de PME agro-industrielles, freinée par la question financière corrélativement aux charges d’exploitations jugées déjà élevées.

De manière générale, quels sont les grands enjeux de l’agriculture numérique made in Côte d’Ivoire ?

D’un point de vue général, les enjeux du secteur agricole en Côte d’Ivoire portent sur :

      ✓L’accès aux données agricoles,

     ✓ L’accès aux services financiers

     ✓ L’accroissement de la transformation agro-industrielle.

En gros il s’agit :

Des Services d’informations et de conseil : Prévision météo ; Information sur les denrées intervenant dans l’optimisation des rendements, etc. 

  •  Des Services financiers : Paiement de la production bord champ ; Bon de livraison ; Paiements divers auprès des fournisseurs ; Assurance agricole ; Crédit agricole ; etc.
  • Des services de collecte de données terrain et analyse statistique : Traçabilité ; Surveillance et collecte de données sur toute la chaine de valeur ; Accès et analyse de données.
  • Des services gestion de la chaîne d’approvisionnement : Place de marché ; Mise en relation producteurs et fournisseurs d’intrants ; Gestion du transport ; Stockage des denrées.


L’ambition étant dans un avenir très proche de pouvoir susciter une amélioration des performances des filières agricoles sur la base d’une modernisation des pratiques agricoles par le digital.

Il y a deux ans, plus précisément le 27 novembre 2020, Orange Côte d’Ivoire a signé avec les pouvoirs publics une convention pour l’utilisation de la plateforme technologique intégrée d’Orange visant à automatiser l’ensemble des activités de la filière riz. Quels sont les premiers résultats de ce partenariat et comment va-t-il révolutionner les pratiques agricoles ?

La convention de partenariat autour de la solution Orange Agri-Tech a pour objectif de fédérer autour d’une plateforme interactive et multicanale, l’ensemble des acteurs impliqués dans la filière du riz et faciliter les différents échanges et prestations de services entre eux. La solution offre différents modules dont le paiement digital (production agricole, intrants, etc.), le tracking des actifs (IoT), la gestion des usines (ERP), l’identification des producteurs et la géolocalisation des parcelles, la traçabilité des flux physiques, financiers et matières.

Les premières interactions avec les acteurs de la filière du riz nous ont permis de constater plusieurs contraintes, à savoir entre autres :

  • La culture du numérique pour tous les acteurs • Les infrastructures vétustes des petites unités de transformation alimentées pour le plus grand nombre au carburant ce qui a un fort impact sur le compte d’exploitation et le prix final du sac de riz
  • L’insécurité dans les transactions financières entre les acteurs
  • Etc.


Pour ces raisons et pour créer les conditions à l’adoption et accroitre l’impact maximal de la solution OCI, le rôle de l’Etat en synergie de nos actions sera de :

  • Faciliter la préparation, l’organisation des filières et sensibilisation de leurs acteurs pour l’intégration de la digitalisation des TIC comme axe stratégique et prérequis nécessaire pour leur structuration, le renforcement, la mise à niveau et l’accompagnement dans les chaines de valeur compétitives.
  • Soutenir activement l’adoption progressive de la solution Orange Agri-Tech auprès des différentes filières par une planification des investissements en prérequis relevant du domaine régalien.


De plus, la plateforme Orange Agri-Tech est dimensionnée pour répondre aux besoins d’autres filières agricoles telles que l’anacarde, le coton, l’huile de palme, etc. Elle permettrait de digitaliser ces filières efficacement. Cet atout essentiel permet d’avoir une gouvernance globale et une vue sur les stocks disponibles sur le marché rapidement et à moindre coûts pour les acteurs de ces autres filières.

Autant elle suscite beaucoup d’espoir dans l’amélioration des conditions de vie et de travail des femmes et des petits exploitants, une agriculture à forte inclinaison IT soulève des craintes relatives aux volumes de données qui circulent sur les planteurs et qui intéressent de nombreux acteurs. Selon vous, comment garantir l’utilisation des potentialités de ce Big Data agricole dans un environnement de confiance pour l’ensemble des parties prenantes ?

La gestion des données est la pratique consistant à gérer les données comme une ressource précieuse afin de libérer leur potentiel pour toute organisation. Pour gérer efficacement les données, il faut disposer d’une stratégie en la matière et de méthodes fiables pour accéder aux données, les intégrer, les nettoyer, les gouverner, les stocker et les préparer en vue de leur utilisation. A cet effet, la plateforme Agri-Tech Orange prend en compte toutes les dispositions nécessaires pour la protection des données à caractère personnel tout en assurant le traitement et la conservation conformément aux dispositions de la loi. Chaque projet bénéficie de notre expertise dans les domaines du cloud et de la cyber sécurité. Les données ainsi collectées et stockées sont la propriété exclusive du client en respect de la réglementation en matière de confidentialité sous l’autorité de l’ARTCI.

L’intégration du numérique dans les pratiques agricoles est un argument d’attractivité pour les jeunes, par la vision moderne et la réduction de la pénibilité du métier qu’il propose. Cela dit, nombreux sont les jeunes qui butent contre des problèmes de financement de leurs activités. Comment se positionne Orange Côte d’Ivoire face à cette réalité ?

A cette problématique, la Direction Orange Business et Broadband de OCI, via sa Business Unit en charge de l’innovation et des solutions, propose une approche de construction d’un partenariat réunissant les acteurs métiers principaux de chaines de valeurs agricoles autour du producteur. Il s’agit de favoriser un consortium d’activités clés intégrant les services agricoles (fournisseurs d’intrants, prestataires agricoles, encadrement/ conseil agricole), les services financiers (banques, assurance, paiement mobile) et les services de traçabilité de flux matières et financiers pour la maitrise / gestion de la donnée (Opérateur de télécommunication).

L’idée étant d’une part, de mettre à la disposition du producteur l’ensemble des éléments indispensables (semences, engrais, pesticides, matériels agricoles, etc.) au démarrage de son activité agricole, et d’autre part, de consolider le financement ou la garantie de financement devant assurer la réussite de la campagne agricole par une maîtrise de bout en bout des recettes d’exploitation et des risques (contrepartie, financiers et climatiques).

Equipements, applications, connectivité, financement… Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Avec notre solution Agri-Tech, Orange se positionne sur le développement de l’ensemble de la chaine de valeur agricole, agro-industrielle et la valorisation de données fiables pour la prise de décisions opérationnelles et stratégiques.

Notre ambition sera de :

   ✓ Renforcer le taux de pénétration de nos relais de croissance OM, OBA, assets OCI et positionner OCI sur la verticale Agriculture ;

   ✓ Développer des partenariats stratégiques (start-ups; Bailleurs, etc.)

  ✓ Vulgariser la commercialisation des solutions métiers existantes telle que Enrôlement et géolocalisation ; Gestion des usines ; KIT Producteur ; Outil d’aide à la decision (Tableau de bord),… ✓ Développer un catalogue de services innovants dédiés à l’agriculture (la place de marché...)

  ✓ Capitaliser sur les technologies 5G, M2M, IOT et Big data pour proposer des services innovants

  ✓ Etendre notre footprint au cluster Orange Côte d’Ivoire.

Par Anselme AKEKO

Ces articles peuvent vous intéresser